La thérapie par le cheval ou l’équithérapie est une méthode thérapeutique qui consiste à rééduquer, soulager ou guérir des personnes malades par le biais du cheval. Elle est employée en complément de la médecine traditionnelle. Mais pourquoi le cheval en thérapie ?

Le cheval, un accélérateur de thérapie

Le cheval est un animal notamment approprié pour apprendre la lutte contre l’anxiété, l’évacuation du stress, des tensions, la gestion des émotions, tout ce qui fait malheureusement perdre le contrôle de soi-même. Par une excellente gestion de ses états émotionnels, mentaux et physiques, le malade retrouve la cohérence. Cela rend possible l’apparition de sensation de sérénité, de paix et de calme.

Le cheval est un animal calme, adapté, doux et socialement accepté en raison de sa capacité à déplacer les gens. Grâce à sa grande taille, vous pouvez lui faire confiance lorsque vous êtes en contact direct avec lui.

Sur le plan physiologique, le cheval transmet au corps de l’homme de la chaleur et cela aide les ligaments et les muscles à se détendre. La circulation sanguine humaine est stimulée par celle de l’animal.

Le principal avantage du cheval est qu’il reconnait son auditeur en tant que tel. Pas de mauvaises farces, pas d’erreurs. Cet atout inné lui permet de détecter les failles de l’homme de façon instinctive. L’animal est alors capable de piloter le malade afin que ce dernier parvienne à dépasser ses éléments de blocages, ses doutes, ses comportements habituels et ses angoisses. En ce sens, le cheval est un catalyseur qui peut très bien être utile dans le cadre d’une liaison d’aide.

Le cheval a une fonction de maternage et de portage

Le cheval permet de s’élever, de quitter le sol, il chauffe, apaise et porte comme la mère qui donne les soins porte et manipule son enfant. Par le portage les deux corps s’accordent au moyen d’une communication en coordination égale et le cavalier se laisse pénétrer par des mouvements de l’animal afin d’établir avec le cheval une relation passant par le corps.

La monte à nu caractérisée par la chaleur que dégage le cheval, son bercement par le rythme du pas et son odeur entraineront le processus de confiance qui peut être recherché et le thérapeute se chargera de les nommer et de leur donner sens. Le cheval prodigue un sentiment de sécurité et de protection au malade.

Rôle du cheval sur le psychique et le physique du malade

Grâce au cheval, le thérapeute peut permettre au malade de revivre les différentes phases de son évolution psychoaffective. Le cheval aide le malade à développer sa vie émotionnelle, il réveille les émotions et est sujet de projections conscientes, inconscientes et de transferts.

À l’enfant, il permet de revivre les diverses étapes de son développement. En tant que réceptacle émotionnel, le cheval reçoit les affectivités du cavalier sans les commenter ni les juger. L’animal n’a pas d’idiosyncrasie, il accepte la personne telle qu’elle est.

Dès que le cheval est enfourché, il concourt instinctivement à la pulsion d’attachement à travers certaines conduites comme les sourires, les cris, les pleurs, l’étreinte, l’agrippement, etc.  Le cheval en mouvement permet de coordonner, d’assouplir, d’équilibrer, de stimuler, de détendre et de redresser (verticalité).