Abominé ou adulé, pourchassé encore de nos jours, le chat noir est considéré comme le suppôt ou comme un animal malveillant de la sorcellerie. Mais son statut change progressivement et il sera vu plus tard comme un porte-bonheur dans plusieurs civilisations.

Le chat noir, personnification du diable

Les superstitions autour du chat noir ont débuté à l’ère de l’Égypte antique. Les yeux de l’animal qui réverbérait la lumière symbolisaient le pouvoir de Râ, le dieu du soleil. Mais, de manière paradoxale, quand bien même le chat était une idole, pour les Égyptiens, il représentait un Éthiopien noir à l’image du démon. Pour en savoir plus, consultez un article qui vous parlera du chat noir en profondeur.

Selon une légende de Césaire de Heisterbach, un homme très riche serait décédé au Moyen-Âge, entouré de nombreuses personnes, dont un diacre. Considéré comme un homme honorable, ce savant avait la capacité de voir des scènes invisibles.

Il aperçut de multiples chats noirs autour de l’agonisant. Ce dernier demandait qu’on enlève ces animaux. Aussitôt, un Éthiopien noir vint avec un crochet tuer le moribond. Depuis lors, cet homme est perçu dans l’Égypte ancienne comme étant le diable dont les serviteurs sont les chats noirs.

Les légendes autour du chat noir et des sorcières

Très souvent, les chats noirs ont aussi été liés à la sorcellerie. On relatait que les sorcières possédaient une 3e mamelle grâce à laquelle elles nourrissaient leur animal. Elles partageaient avec ces félidés les pouvoirs diaboliques qu’on leur attribuait. La légende raconte au Moyen-Âge que ces femmes maléfiques pouvaient se transmuer en chat noir.

Une des histoires les plus répandues à ce sujet est celle qui s’est produite à Vernon. Il s’agit de femmes qui se métamorphosaient en chat noir et se réunissaient pour des diableries dans un vieux château. Un soir, des adolescents ont pénétré dans ce lieu et ont été attaqués par des chats noirs. Ils ont pu en blesser plusieurs. Le lendemain, certaines femmes portaient sur leur corps les marques subies la veille par les félins.

La légende des neuf vies vient du fait que les sorcières ne pouvaient se muer en chat que 9 fois. Autrefois, il se disait aussi que les pleurs d’un chat noir dans la nuit annonçaient des malheurs ou un deuil imminent. Mais, aujourd’hui, ces superstitions doivent être dépassées, car après tout, même un chat noir peut être triste et pleurer.

Quand le chat devient un porte-bonheur

Dans bon nombre de civilisations et traditions, le chat noir ne constitue pas toujours un symbole néfaste. On lui attribue même des vertus thérapeutiques. Au XIIe siècle, on utilisait le cœur de cet animal comme une anesthésie efficace contre la douleur en le plaçant au bras gauche du mal-portant. Pour lutter contre les démons, on consommait des testicules du félin accompagnés de sel.

En Angleterre, et particulièrement en Écosse, croiser un chat noir était un présage de bonheur. De la même manière, en Bretagne, on pouvait se servir d’un poil blanc retrouvé sur cet animal comme un talisman. Il fallait juste l’arracher et le garder sur soi.

En somme, le chat noir est un animal entouré de mythes et légendes diverses. Pendant que les uns le considèrent comme un porte-malheur, les autres l’adulent comme leur porte-bonheur.